Comment fonctionne un test de paternité prénatal moderne ?

Pour connaitre le lien de paternité existant entre un présumé père et un fœtus, il est tout à fait possible de réaliser un test de paternité prénatal de manière moderne et sans risque. Les résultats du test sont fiables et on n’a pas besoin d’une grande intervention gynécologique.

Comment le test s’effectue-t-il ?

Pour réaliser un test de paternité prénatal moderne, il suffit de prendre et d’envoyer au laboratoire un échantillon buccal des présumés pères et des échantillons de sang de la mère lorsqu’elle atteint la 11e semaine d’aménorrhée, c’est-à-dire dès les premières semaines de grossesse. Cette technique moderne qui permet d’identifier un lien de parenté est sans risques et les résultats sont sûrs à plus de 99,9%. L’analyse des échantillons en laboratoire se fait à partir de l’ADN non cellulaire du fœtus que l’on retrouve dans le sang de la mère et de l’ADN du père supposé. Le test consiste à calculer la ressemblance entre les marqueurs SNP de l’ADN du fœtus et de l’ADN des prétendus pères. Cet examen ne présente donc aucun risque sur la continuité de la grossesse. Eh oui, c’est une réelle évolution, car auparavant, on devait prélever un échantillon de liquide amniotique ou de villosités choriales chez la mère par une amniocentèse pour réaliser un test de paternité, actuellement il n’est plus nécessaire de prendre ce genre de risque pour déterminer la paternité d’un fœtus. En effet, l’amniocentèse pouvait engendrer un risque de fausse couche chez la mère et de dommage chez le fœtus, surtout si l’intervention est effectuée avant la 10e semaine de grossesse. À noter qu’on ne peut pas effectuer un test de paternité prénatal lorsque la mère attend des jumeaux.

Combien coûte un test de paternité prénatal moderne ?

À partir de la 9e semaine de grossesse, un test de paternité prénatal est complexe, ce qui fait qu’il est plus onéreux. Les prix actuellement peuvent varier de 1100€ à 1300€. Ce prix élevé s’explique par le fait qu’il est difficile pour un laboratoire d’isoler et d’accroître un ADN fœtal, puis de réaliser une comparaison des marqueurs ADN. Aux États-Unis actuellement, il n’y a encore que quelques laboratoires qui sont accrédités pour accomplir ce genre de test. Donc, si le doute sur la paternité n’est pas substantiel, mieux vaut attendre la naissance de l’enfant pour effectuer un test ADN et faire moins de dépenses. Il est à rappeler d’un test d’ADN prénatal ou non doit être autorisé par un juge pour qu’il soit légal.

Speak Your Mind

*